Père riche, père pauvre de Robert T. Kiyosaki

Père riche, père pauvre de Robert T Kyosaki devrait être étudié à l’école. J’exagère à peine. En lisant ce livre, j’ai pris une belle claque. Les concepts exposés sont simples et pourtant si peu pratiqués. Dans  cet article, je ne vais pas résumer les chapitres. Cela a déjà été fait dans de nombreux blogs. Je vais extraire les concepts forts et les illustrer par des exemples.

Père riche, père pauvre : une sorte d’autobiographie

Père riche,  père pauvre est une sorte d’autobiographie. Robert Kiyosaki raconte comment il a été éduqué par 2 pères : son père génétique, le pauvre et son père riche, le père de son meilleur ami.

Son père génétique, n’était pas réellement pauvre. En fait c’était un professeur d’université qui  a étudié à Standford. Il était très intelligent mais avait du mal à joindre les 2 bouts.

Le père « riche », quant à lui, n’avait jamais fini ses études secondaires. Par contre c’était un entrepreneur avisé qui lui a transmis une très bonne éducation financière.

Le fameux concept de la Rat Race

Dans Rich Dad, Poor Dad, le titre original, on voit comment nos parents nous éduquent mal financièrement. Le pire que ce n’est même pas de leur faute. La société, l’école nous rabâche la même chose : « Travaille bien à l’école, décroche des diplômes et ainsi tu trouveras un travail bien payé »

Nous sommes programmés pour rentrer dans la Rat Race. Le fameux concept que Robert T. Kiyosaki  a inventé. Je n’ai pas réussi à trouver une traduction correcte. Il faut nous imaginer comme un hamster s’épuisant dans une roue, en croyant avancer alors qu’il est resté sur place…

Robert T. Kyosaki, nous montre que nous, les classes basses et moyennes, travaillons pour l’argent. Pour payer les factures, notre crédit immobilier, celui de la voiture… Nous nous sommes nous même enchainé dans la Rat Race…

Les riches par contre font travailler leur argent. Ils achètent des biens immobiliers, des sociétés, des actions qui leur rapportent des revenus passifs. Ces revenus passifs ne sont pas conditionnés au temps qu’ils y passent. Ils utilisent le travail des autres pour s’enrichir.

Avoir des actifs qui nous génèrent des revenus passifs

Le conseil de Robert Kiyosaki dans Père riche, père pauvre, c’est de faire comme les riches : acquérir un patrimoine d’actifs qui génèrent des revenus passifs. Il conseille donc  de garder son travail, au contraire de MJ DeMarco dans The Millionnaire Fastlane, car 4/5 des entreprises font faillite au bout de 5 ans, MAIS de toujours garder en tête cet objectif : acquérir des actifs qui génèrent des revenus passifs.

Il reprend aussi le fameux concept de the Richest Man in Babylon : économiser 10% de son salaire pour acquérir des actifs.

Ne pas travailler pour de l’argent mais pour apprendre

 

Un autre conseil que j’ai trouvé dans Père riche, père Pauvre, c’est de ne pas travailler pour de l’argent mais pour apprendre. Apprendre la vente, le marketing, les flux financiers, la technique mais aussi le management.

Les riches ne se spécialisent pas

Dans notre société, pour évoluer au sein d’une entreprise, nous sommes encouragés à nous spécialiser. Par exemple, si je prends un informaticien administrateur système et réseau, il  va se spécialiser dans une technologie (Unix, Microsoft). On recherche des administrateurs Base de données Oracle, des développeurs Java JEE, des architectes Citrix…

Notre valeur intrinsèque augmente avec nos compétences techniques mais aussi avec notre niveau de spécialisation, d’expertise.

Mais si jamais, cette technologie disparait. Si on n’a plus envie de rester à la page… Alors on devient obsolète. Has been… C’est encore la Rat Race, courir dans sa roue pour se maintenir à niveau.

Le père riche de Robert Kiyosaki, l’encourageait à ne pas se spécialiser. Il devait juste avoir assez de compétences, pour comprendre ce que les spécialistes racontaient.

Souvenez-vous, son père riche n’avait pas fait de grandes études. Il disait toujours fièrement : « les spécialistes ont des MBA, des masters. Moi je loue les services de spécialistes ».

C’est horrible mais c’est tellement vrai. Croyez vous que tous les riches soient hyper intelligents. Ils n’en ont pas besoin, ils embauchent des comptables, des avocats fiscalistes. Ils mettent à la tête de leur société, des gens qui sortent de grandes écoles de commerce, qui sortent de polytechnique…

Les riches payent bien leur spécialiste

Les riches payent grassement leurs spécialistes. Vous vous demandez pourquoi ? Prenons un exemple : Si j’étais l’avocat fiscaliste de Bernard Arnaud du groupe LVMH (l’homme le plus riche de France) et il me disait : « Je te donne 5% de l’argent que tu m’auras fait économiser en impôt » vous pensez bien que je serai super motivé.

De même, quand j’ai embauché une décoratrice pour aménager notre appartement de Didier. Tout le monde m’a dit « Mais tu es malade ! Donner plus de 1 000 Euros à une décoratrice, juste pour qu’elle choisisse des articles dans un magasin… Je te le fais pour 10 fois moins » Oui mais au moins j’étais sûr du résultat. Et quand je la recontacterai cette décoratrice, elle sera motivée pour retravailler avec moi.

C’est comme un artisan. S’il sait que je suis un client qui paye bien et rapidement, je vous promets qu’il fera passer mon chantier avant les autres. C’est çà que les riches ont bien compris…

Ne jamais arrêter d’apprendre mais pas à n’importe quel prix

Le dernier conseil que j’ai tiré du livre père riche, père pauvre c’est de ne jamais arrêter d’apprendre.

C’est un conseil récurrent qu’on retrouve aussi dans the millionnaire fastlane.

Il faut surtout se former à la vente, au marketing. Se former dans la technique n’est pas aussi rentable car la technique évolue vite.

J’ajouterai un bémol à ce conseil. Oui il faut se former, mais pas à n’importe quel prix.

Il ne faut pas se ruiner en formations, en séminaires. Quand je vois qu’il y a des gens qui sont prêts à payer un séminaire plus de 5 000 Euros, je me dis qu’ils sont tombés sur la tête…

Robert Kiyosaki, lui-même, fait payer des  séminaires plus de 5 000 euro. Je n’irais surement pas me faire soulager de 5 000 Euros, juste pour l’entendre me résumer son livre.

Par contre une formation, un séminaire à moins de 1000 Euros/jours, c’est tout a fait envisageable.

Je rajouterai aussi : C’est bien de se former mais il faut surtout appliquer. Et çà c’est le plus dur.

Souvenez-vous : l’argent facile n’existe pas !!!

Conclusion

Avez-vous déjà lu Père riche père pauvre ? Si oui comment l’avez-vous trouvé. Sinon je vous encourage à vite le commander chez notre partenaire Amazon :

Vous avez aimé cet article ?

Pochette Suivez le chat et devenez indépendant financièrement

TROUVER DES PISTES POUR AMELIORER VOS FINANCES !

En vous inscrivant dans ce cursus par email, vous aurez mes conseils pour ne plus être esclave de votre salaire

Aucun spam ne vous sera envoyé. Consultez notre Politique Confidentialité conforme GRPD

Write a Reply or Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.