Magazine finance personnelle

Magazines de finance personnelle : ne suivez pas tous leurs conseils

Avant j’achetais bon nombre de magazines financiers comme Capital, Mieux Vivre Votre Argent, Le Revenu ou même l’Expansion. Suivant leurs conseils comme parole d’Evangile. Après avoir lu des livres de développement personnel j’ai appris à prendre du recul sur leurs conseils. Je vous dis pourquoi dans cet article.

Avant j’adorais les magazines de finance personnelle

Les magazines de finance personnelle, j’en étais friand. Je me suis même abonné à Mieux Vivre Votre Argent. A chaque fois que je prenais l’avion, au lieu d’acheter comme les autres, des magazines comme Voici, Closer,  France Football, j’achetais Capital, Le Revenu, l’Expansion. Je les dévorais littéralement. Dans Capital, je tombais souvent sur le numéro « les nouvelles franchises qui font un malheur ». Dans Le Revenu, Mieux Vivre Votre Argent, les numéros d’été étaient consacrés à «  Comment devenir rentier ».

Bref ces journaux me faisaient rêver. Un jour je serais comme ces retraités qui après une vie de durs labeurs et de placements, profiterai d’une retraite, du fruit de mes placements et de mes revenus immobiliers. Le plan était simple, grâce à ses magazines, je travaillerai jusqu’à la retraite, en montant en grade régulièrement grâce à leurs conseils en management, puis je placerai mon argent en assurance vie, dans l’immobilier avec des locations vides et autres produits de placement, tous les mois. A la retraite je pourrai disposer d’un capital important qui me fournira une rente. Bien entendu depuis longtemps, j’aurai organisé la transmission de  mes biens, toujours en suivant leurs conseils.

C’est un peu caricatural, mais c’est en gros ce que propose ce type de journaux. Le Revenu et Mieux Vivre Votre Argent, c’est du copier-coller.

J’attendais chaque mois, mon numéro de Mieux Vivre Votre Argent… Encore aujourd’hui, quand je prends l’avion, je préfère ce type de journaux au magazine comme le Point ou l’Express. Je ne parle même pas de Closer, Voici, France Football que je ne  supporte pas.

Mais çà c’était avant …

J’étais donc content de trouver chaque mois, ces précieux conseils, qui me permettront d’avoir une retraite dorée au soleil, jusqu’au jour où j’ai lu The Millionnaire Fastlane de MJ Demarco. Comme je le dis dans ma vidéo consacrée à ce livre, l’auteur classe les gens en 3 catégories : Les piétons (Sidewalker) qui profitent de la vie sans penser au lendemain. Les conducteurs sur la voie départementale (Slowlaner) qui se serrent la ceinture toute leur vie pour se constituer un capital et qui en profitent à la retraite. Et enfin les conducteurs qui empruntent l’autoroute (Fastlaner) et qui profitent durant leur jeunesse.

J’étais un Slowlaner selon le livre. Et ces journaux sont dédiés aux Slowlaners… Plus je lisais ce livre, plus je me reconnaissais. Chaque mois, je mettais de côté 10% à 20% de mon salaire et le plaçais sur mon assurance vie, ou sur un livret pour faire un investissement locatif ou mon PEA, comme le conseille aussi Robert Kiyosaki dans Rich Dad, Poor Dad ou George S. Clason  dans The richest man in babylon.

Je ne veux pas attendre la retraite pour profiter. Et si je n’arrive pas à la retraite… Il doit être possible d’être rentier à moins de 40 ans…

J’ai commencé donc à lire ces journaux avec un œil neuf. D’une année sur l’autre ce sont toujours les mêmes thèmes. Numéro spécial « Assurance Vie, le classement de la mort qui tue », numéro spécial « Immobilier, où il faut absolument investir dans le vide… », numéro spécial « Bourse : les meilleures actions », numéro spécial « Impôt sur le revenu » et enfin le numéro spécial de l’été « Et si vous deveniez rentier ? »

Je force les traits volontairement mais c’est pour vous ouvrir les yeux.

C’est facile de critiquer mais qu’est-ce que tu proposes de mieux ?

Et oui, le monde actuel nous a tellement programmé depuis la maternelle, pour nous apprendre à travailler bien à l’école, avoir un bon diplôme, pour avoir un bon job qu’il est difficile d’imaginer qu’on peut devenir rentier à moins de 40 ans. Et pourtant c’est le défi que je relève et que vous allez suivre au fil des mois…

Par exemple dans Mieux Vivre Votre Argent, il analyse gratuitement la situation patrimoniale d’une famille et leur donne des conseils de placement…

Même si j’intègre que ce sont des familles de Slowlaner, comprenez qui sont dans le schéma classique, travailler et placer ses économies. Je ne leur donnerai pas les mêmes conseils.

Un petit cas concret :

Dans le numéro de Juillet/Aout 2014, un couple expose sa situation patrimoniale. Ils viennent d’avoir des jumeaux, vivent dans 1 T2 à Paris, et doivent trouver un T3. Ils louent leur résidence principale et possèdent 1 T2 à Cergy qui a un rendement locatif de 5,5% et 1 T3 à Versailles dont le rendement locatif est quasi nul. Bien entendu ils ne veulent pas quitter la capitale…  Comme ils ont peu de disponibilités et pas d’assurance vie, leur patrimoine est donc constitué à 95% d’immobilier.

Le journal conseille de vendre l’appartement de Versailles avant qu’il perde de la valeur. La vente devrait rapporter 400 000 Euros. Ensuite il suggère de placer ces 400 000 Euros sur des assurances vie monétaires (comme d’habitude), de la pierre papier, puisque l’objectif de cette famille c’est d’aider les jumeaux à acheter leur 1er appartement…

Moi,  aussi je conseille de vendre l’appartement de Versailles car il est excentré et impossible de faire une colocation d’étudiants plus rémunératrice. Mais avec les 400 000 Euros de la vente, je ne me vois pas laisser dormir cette somme dans une assurance vie monétaire… Qui sait ce que le gouvernement va décider à propos de ces assurances vie. Cette famille veut continuer à travailler, à avoir des loisirs les week-ends. Donc je prends donc 300 000 Euros pour acheter des petites surfaces (studio, T2) bien situé dans la banlieue proche (comme celui de Cergy), je place 100 000 Euros sur un PEA lors de la prochaine crise… Quand tout le monde crie : il faut vendre !!! Comme je vous l’explique dans mon article sur le PEA, la bourse à un rendement de 7%/an à condition d’acheter et de vendre au bon moment. Quand nos chers jumeaux auront 20 ans et voudront se payer leur premier appartement, le PEA sera mature depuis longtemps et ils pourront profiter de 200 000 Euros/chacun d’apport. Mais bon dans 20 ans 200 000 Euros, seront peut être l’équivalent d’un apport de 50 000 Euro de maintenant…

Pour conclure

Que pensez-vous de ce genre de journaux ? Les trouvez-vous de bons conseils ? Laissez vos questions, commentaires. Et si vous avez apprécié ou détesté cet article faites le savoir en évaluant cet article et en le partageant sur les réseaux sociaux.

Si ce n’est déjà fait téléchargez mon ebook de conseils gratuits.

Vous avez aimé cet article ?

Pochette Suivez le chat et devenez indépendant financièrement

TROUVER DES PISTES POUR AMELIORER VOS FINANCES !

Dans ce guide je vous révèle mes conseils pour ne plus être esclave de votre salaire
6 Comments
  1. KELS

    Je suis assez d’accord avec toi les sujets se repète d’année en année. Originaire des antilles moi aussi, je vais suivre attentivement ce défis 🙂

    • belrix

      Merci Kels pour ces encouragements.
      C’est avec plaisir que je vous raconter mes aventures dans ma quête d’indépendance financière.

  2. Serge

    Bonjour,

    je suis assez d’accord avec toi mais ces magazines sont adaptés à la culture française. Par exemple, en Amérique, ce qu’on appelle un placement équilibré et pas trop risqué comprend 60% d’obligations et 40% d’actions. Beaucoup de retraités optent pour cette option et c’est inimaginable en France. En France on se défie plus de la finance et on n’imagine pas l’investissement boursier autrement qu’en faisant du trading ou de la spéculation alors qu’il existe des manières efficaces d’investir en actions sans être vissé sur son écran et sans chercher des plus-values à la minute (investissement en fonds de pensions, dividend investing, passive investing etc…etc..). Au final les magazines français tournent autour de la prise de risque minimum et avec 3% on est hyper content même si c’est pas net d’impôt.
    Après je dois conclure sur une dernière chose. Que ce soit en Amérique ou en France, les fastlaners ne sont pas nombreux. Peu de gens au final aspirent réellement à être rentier, à prendre les risques que ça implique et à s’éduquer financièrement. Si on suit des blogs comme My Million Dollar Journey, on se rend compte que la base du capital que ces jeunes rentiers se sont constitués vient d’un mode de vie ultra économe au départ ou chaque sou et dividende est investi et réinvesti. Leur luxe est de ne plus travailler à 35 ou 40 ans mais ils ne vivent pas non plus sur des yachts toute l’année (mais je pense qu’à 55 ils pourront vu que le capital augmente avec le temps). Voilà mon message c’était surtout celui-là.

    • belrix

      Belle analyse Serge.
      Effectivement les fastlaners ne sont pas nombreux. Déjà ils sont que 20% et sur ces 20%, 1/6 vont réussir à devenir millionnaires (si l’on croit les stats du livre The millionaire fastlane).
      Nous arrivons à 3% de la population … Le reste va survivre ou vivre correctement.
      Mais ce n’est pas l’argent qui anime un entrepreneur comme moi, mais la liberté que procure ce mode de vie. Même si çà veut dire, réduire son train de vie.
      Sinon je me serais contenté de mon salaire de cadre en partant 5 semaines en CP dans des destinations de rêves… C’est tellement plus sûr, mais on reste esclave d’un patron, d’un boulot…
      C’est le jeu
      En tout cas merci pour ton commentaire très intéressant.

  3. Pascal

    bjr j’aime bien la revue Mieux Vivre votre argent il y a beaucoup d’articles pointus professionnels les règlementations changent tellement souvent, il est difficile de s’y retrouver, quant aux conseils qu’ils donnent aux familles j’aimais bien mais j’étais impressionné par le capital de certains, et les sommes de leurs comptes en banque, assurances vie, livret A , résidence secondaire, tertiaire… c’était carton plein partout. Certains avaient une gestion très éclairée et d’autres collationnaient tous les placements ( inutiles) de leurs banquiers . Lorsque je vois le peu que j’ai à 49 ans en ayant travaillé, j’hallucinais, j ‘ai arrêté la revue ça fait trop mal.

    • belrix

      Bonjour Pascal,

      Effectivement c’était frappant de voir que ceux dont ils étudiaient le patrimoine étaient déjà assez fortunés.
      C’est comme l’émission DECO de M6, ils ne refont pas souvent la déco de gens modestes mais ceux qui ont déjà une grande maison.
      C’est la même chose, ils veulent rêver leur lecteur.

      En tout cas merci pour ton commentaire.

Write a Reply or Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *