Location saisonnière en Martinique : quelles différences avec la métropole ?

J’ai décidé de faire cet article sur la location saisonnière en métropole et en Martinique, et plus généralement aux Antilles, parce que je connais les différences. J’ai vécu presque 14 ans à Lyon où j’ai eu l’occasion de faire, et je le fais encore, de la location.

Cet article va servir aux personnes qui sont encore en métropole et décident de tenter l’aventure en faisant aussi de la location saisonnière aux Antilles.

Il est vrai que les prix sont souvent plus bas aux Antilles et vous pouvez donc y trouver de bonnes affaires !

Location saisonnière en Martinique 

La clientèle est différente entre les Antilles et la métropole

Je vous rappelle les différents types de clientèle que vous pouvez avoir. Il y a la clientèle de tourisme mais également la clientèle de séjour d’affaires.

La clientèle de retraités privilégie les destinations au soleil, plus spécifique les Antilles, le Maroc ou le Sud de la France. Aux Antilles, il y a aussi la clientèle des ultramarins, hyper spécifique aux DOM-TOM, qui retourne dans leur pays natal pour les grandes vacances.

La différence est que, comme je l’ai dit et vous l’avez compris, aux Antilles et plus généralement dans les DOM, vous allez principalement avoir de la clientèle de tourisme et très peu de clientèle d’affaires.

Dans les grandes villes métropolitaines, comme Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux ou Toulouse, vous allez avoir davantage de la clientèle d’affaires.

En outre, dans ces grandes villes, vous n’allez pas avoir de clientèle de retraités. Ils viennent séjourner aux Antilles durant la haute saison, soit en hiver, pour éviter de subir le froid de la métropole.

Ils sont comme les oiseaux migrateurs et débarquent dès la mi-décembre pour y passer l’hiver. Cela occasionne donc des séjours souvent longs.

La durée de séjour est plus longue en Martinique qu’en métropole

En Métropole, faire de la location courte durée dure principalement 2 ou 3 jours.

Il peut arriver qu’elle aille jusqu’à une semaine parfois deux ou trois semaines.

Mais c’est rare d’avoir des séjours d’un mois. Alors qu’en Martinique, je peux me permettre de mettre dans mon annonce « séjour minimum d’une semaine ».

En effet, les gens prennent un billet d’avion pour venir aux Antilles et ne vont donc pas rester seulement un weekend. Ils vont rester au minimum une semaine voire plus.

Une durée de séjour plus longue a ses avantages et ses inconvénients.

Certes, on augmente notre rentabilité car on va faire des séjours longs et on aura peu de frais de gestion puisque les check-in et check-out seront moins fréquents.

Par contre, si vous avez un couple de retraités qui viennent pour deux à trois mois, vous êtes quasiment obligé de leur faire un prix sinon ils ne vont pas louer.

Donc vous allez devoir abaisser votre rentabilité en jonglant entre la rentabilité et la durée de séjour.

Comme je l’ai dit, aux Antilles, vous allez avoir peu de clientèle d’affaires.

Or, il faut savoir que cette clientèle d’affaires est fidèle. Ainsi, un consultant avec une mission de deux jours par semaine, par exemple à Lyon, va facilement payer 50€ ou 60€ pour un studio.

Il vient régulièrement et vous allez pouvoir facilement le fidéliser.

Les frais de gestion augmentent en Martinique

Trouver un gestionnaire en métropole est plus simple car celui-ci aura plus de facilité à se déplacer.

En effet, les transports y sont plus développés, sauf si vous êtes dans une province éloignée.

Le gestionnaire y trouvera son compte car il pourra alors faire deux ou trois entrées et sorties en une même journée.

Par contre, en Martinique où tout passe par la voiture, il y a beaucoup d’embouteillages.

En plus, on est soumis aux aléas des vols, puisqu’un avion atterrit souvent avec du retard.

Par conséquent, vous allez difficilement trouver un gestionnaire qui fera vos entrées ou sorties pour 50 € ou 70 € car cela lui prendra plus de temps.

Le prix est une autre différence à prendre en compte

Contrairement à ce qu’on pense, en métropole où il y a plus de demandes, le tarif est beaucoup plus élevé.

C’est le cas dans les grandes villes mais aussi en Province.

Il sera difficile de trouver un tarif à moins de 40 € la nuit alors qu’aux Antilles, vous pouvez facilement le trouver en période morte.

J’en ai même vu à 30 € la nuit.

Aux Antilles, les prix sont bas car la concurrence est forte.

Malheureusement, il y a aussi beaucoup de concurrence déloyale. Les gens estiment que faire de la location saisonnière est un travail simple et aménagent leur bas-de-villa pour le louer au noir.

Il y a donc de nombreuses offres mais de qualité plus ou moins bonne.

Le client recherche en priorité un prix attractif car il sait qu’il ne passera pas beaucoup de temps dans sa location.

Il préfère donc passer par des gens, qui font de la location saisonnière en amateur, et ne payer que 250 ou 300 € la semaine.

J’ai même vu une location à 150 € la semaine pour un bien avec piscine à 500 mètres de la plage.

C’est indécent !

Or, les amateurs s’en moquent car ils louent au black.

Pour contrer cette concurrence déloyale, vous devrez faire plus d’efforts en communication pour louer votre location saisonnière.

Des différences d’offres et de demandes

Il y a un problème dans la demande. Si vous avez une location saisonnière à la montagne, vous savez que vous allez faire votre saison en hiver.

Vous allez louer votre appartement à très cher, par exemple 500 € la semaine pour un studio.

Or, aux Antilles, c’est impossible à cause de l’offre et de la demande.

En effet, vu que les gens ont déjà payé un prix élevé pour leur billet d’avion, ils peuvent difficilement payer aussi cher pour une location saisonnière même en haute saison.

Aux Antilles, comme à la montagne, la haute saison est étalée sur quatre mois.

Mais, durant cette saison, on ne rentabilise pas autant aux Antilles.

Bien qu’on puisse remplir toute l’année, ce n’est pas aussi rentable qu’à la montagne.

En outre, dans les grandes villes, comme Paris ou Lyon, il n’y a pas de saisons et la demande reste forte toute l’année, même s’il peut y avoir une légère baisse en août.

Faire de la location saisonnière en métropole est donc beaucoup plus rentable.

Pourtant, certaines choses ne changent pas

Le choix de votre emplacement est essentiel.

En effet, que votre bien soit situé aux Antilles ou en métropole, si votre emplacement est mauvais, vous ne réussirez jamais à le remplir aussi facilement que s’il était bien situé.

Pour être bien situé à Lyon, une ville que je connais très bien, il faudrait que votre bien soit au cœur du Vieux Lyon.

C’est certes plus cher mais vous n’allez pas avoir de problème de rentabilité. Vous pouvez aussi le choisir près de Fourvière, de Gerland, sur l’avenue des Frères Lumière dans le 8e arrondissement ou près des infrastructures comme les gares de la Part-Dieu ou de Perrache où vous pourrez alors cibler une clientèle d’affaires.

Par contre, il sera difficile à louer si vous achetez à Bron ou à Vénissieux.

Quant à Paris, ce n’est pas la même chose d’avoir un bien près des Champs-Elysées, de la Tour Eiffel ou de Montmartre que si vous en aviez un, par exemple, à Sevran.

La communication est un autre aspect qui ne change pas.

En effet, aux Antilles comme en métropole, on utilise les mêmes sites, à savoir Abritel, HomeAway, Homelidays, Airbnb ou Booking.com. Il faut toujours penser à fournir l’effort marketing.

Toutes ces petites astuces ne changent pas.

Globalement, il n’y a pas beaucoup de différences entre faire de la location saisonnière en métropole et en Martinique puisque c’est principalement une différence de clientèle.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires ou à me poser vos questions ci-dessous. Si vous avez aimé l’article, cliquez sur « J’aime » avec les boutons de réseaux sociaux.

A bientôt !

Présentation de la vidéo

Découvre comment je peux t'aider !!!!

Je peux t'aider à devenir un investisseur chevronné dans l'immobilier. Si tu es dirigeant d'entreprise, je peux t'aider aussi à faire exploser ton chiffre d'affaires. Découvrez comment en cliquant sur l'image ci dessous

Présentation Audrey Belrose