entreprise n'est pas une démocratie participative

Une entreprise n’est pas une démocratie participative

entreprise n'est pas une démocratie participativeSouvent on voit que trop de patrons ont peur de prendre leurs responsabilités. Ils n’assument pas leur tâche de dirigeant…

A contrario, il ne faut pas non plus tomber dans l’excès. Je m’explique dans la suite de cet article.

Un patron n’est pas un dictateur

Evidemment, certains comportements sont à proscrire quand on est un patron : il ne faut pas avoir peur de prendre ses responsabilités mais il ne faut pas non plus agir comme un dictateur. C’est, en effet, tout aussi dangereux d’être un patron-dictateur qu’un patron qui laisse faire les choses.

Ne tentez pas d’être un patron qui cherche à plaire à tout le monde, à tous vos salariés et à tous vos clients. A contrario, en tombant dans l’excès, certains patrons finissent par jouer aux petits-chefs. Ils micro-managent. Mais, alors, ils n’iront pas loin car les collaborateurs vont se contenter uniquement d’exécuter.

Un patron qui agit comme un dictateur décourage ses employés. En conséquence, les salariés ne vont rien faire, sauf si on leur a donné expressément l’ordre d’agir. Or, en agissant de cette sorte, vos salariés ne vont pas prendre d’initiatives. Et, les conséquences pour votre entreprise sont néfastes car, alors, sans l’initiative des salariés, toute la valeur-ajoutée et tout le savoir-faire doivent venir exclusivement du patron.

 

Une entreprise n’est pas une démocratie participative

Certes, très vite, vous allez vous rendre compte que votre entreprise ne peut pas être une démocratie participative. Evidemment, si tout se passe bien au sein de votre business, ce concept peut fonctionner. Or, que se passera-t-il si l’argent ne rentre plus ? Qui va endosser les responsabilités pour effectuer les changements nécessaires et prendre les décisions qui comptent pour la survie de votre entreprise ?

Qui va passer de mauvaises nuits à réfléchir aux solutions à apporter ? C’est le patron.

Dans une démocratie participative, tout le monde est capitaine du bateau. Toutefois, s’il y a plusieurs capitaines, le bateau risque de couler… Tout le monde a alors une vision et sait où il veut aller. Or, dans ce cas, tout le monde est un leader.

Tout le monde n’aspire pas être un leader

Dans la vie réelle, il y a les personnes qui sont des leaders et celles qui se contentent de suivre. Ces dernières ne cherchent pas à diriger. Elles veulent toucher leurs salaires à la fin du mois et agissent dans leur domaine de responsabilités qui leur est attribué. Et, elles sont contentes ainsi, elles n’aspirent pas à plus.

Certes, il y a des personnes qui tentent de donner leur avis mais ce sont notamment des sous-leaders qui veulent que les suiveurs les écoutent. A ce titre, les sous-leaders peuvent tenter, par exemple, de déstabiliser la direction actuelle.

En conséquence, notez qu’un patron ne doit évidemment pas agir comme dictateur. Toutefois, il doit avoir le dernier mot. Vous, en tant que patron, vous devez prendre les décisions en votre âme et conscience. De plus, c’est vous qui allez assumer toutes les conséquences si cela se passe bien ou mal dans votre entreprise.

A ce titre, tenter de trouver l’aval de tous et chercher sans cesse le consensus, c’est fuir vos responsabilités. Certes, vous pouvez consulter mais la décision finale vous revient.

Découvre comment je peux t'aider !!!!

Je peux t'aider à devenir un investisseur chevronné dans l'immobilier. Si tu es dirigeant d'entreprise, je peux t'aider aussi à faire exploser ton chiffre d'affaires. Découvrez comment en cliquant sur l'image ci dessous

Présentation Audrey Belrose